Commissions de travail

Faire un don

Livret « 10 propositions pour renforcer la France dans la mondialisation »

xgorce

 Le 10 février 2012, la Fondation Croissance Responsable a organisé un forum sur la place de la France dans la mondialisation. Cet évènement s’est tenu au Lycée Turgot à Paris, en présence de chefs d’entreprises, de syndicalistes, d’économistes et près de 200 lycéens et étudiants d’Île de France. A cette occasion, la Fondation a présenté un rapport contenant 10 propositions.

La peur des Français vis-à-vis de la mondialisation se focalise surtout sur deux sujets : la montée du chômage, elle-même liée à la dégradation de la compétitivité de la France, et l’avenir des jeunes. Pour cette raison, la Fondation a concentré ses propositions sur ces deux thèmes.

La réflexion s’est fondée sur un diagnostic lucide :

La France peut se réformer et doit le faire vite.

La Fondation propose 10 propositions pour renforcer la compétitivité et miser sur la jeunesse, parmi lesquelles : 

  1. Emettre un emprunt national mobilisateur destiné aux particuliers. L’Etat pourrait se fixer pour objectif de lever plus de 100 milliards d’euros. L’émission de cet emprunt serait nécessairement liée à l’adoption de la règle d’or à horizon 2014 : l’Etat ne pourra plus s’endetter que pour investir dans l’économie. L’objectif de ces mesures est de responsabiliser et lier plus étroitement les intérêts des Français et de leurs gouvernants.
  2. Adopter une loi de programmation fiscale en début de quinquennat, qui permette de stabiliser les règles du jeu fiscales.
  3. Déclarer la lutte contre l’illettrisme cause nationale : organiser avant l’âge de 10 ans (entrée en Sixième), des cours particuliers réguliers pour les enfants en difficulté d’apprentissage de la lecture. Le coût de cette mesure est 17 fois moins important que les gains qu’elle générerait. L’illettrisme touche aujourd’hui 20% des Français de  15 ans, contre 15% aux Pays Bas ou en Norvège  et 8% en Finlande.
  4.  Organiser une baisse des charges sociales ciblée sur les jeunes : supprimer les charges sociales la 1e année suivant l’embauche d’un jeune et diviser ces charges par deux la 2e année. Ces mesures pourront être financées par ponction de la niche fiscale sur les heures supplémentaires, de manière à donner la priorité à l’intégration des jeunes dans le monde du travail.
  5. Orienter l’enseignement supérieur vers les métiers les plus porteurs : majorer les dotations des Universités en fonction de l’amélioration de leurs performances en matière d’intégration professionnelle de leurs étudiants. Cette mesure s’inscrit dans le prolongement de l’autonomie des Universités. Elle permettrait d’orienter progressivement davantage d’étudiants vers les secteurs porteurs : aujourd’hui on recense 500 000 offres d’emplois non pourvues.
  6. Télécharger le rapport 10 propositions pour renforcer la France dans la mondialisation

    Les annexes

Nos partenaires